Assistant Editors' Month, Graphic Nuggets, Marvel Extravaganza, Marvel Special Months

Marvel Team-Up 137 (Mike Carlin / Greg LaRocque / Mike Esposito)

MTU137 cover
©Marvel Comics

Ca donne envie cette couverture, hein ?

Bon, alors Marvel Team-Up était un magazine présentant tous les mois Spider-Man (la plupart du temps) associé à un autre héros dans des aventures alternant le sympathique (Claremont/Byrne ou DeMatteis/Gammil) et le kitschouille (l’aventure avec Hercules par exemple) qui est alors à bout de souffle (le titre sera supprimé l’année d’après).
Mais dans le cadre du Assistant Editors Month, Mike Carlin et Greg Larocque décident de nous présenter l’aventure du siècle, le chapitre manquant de la bible…. le duo Franklin Richards et tante May contre Galactus !!!
Avant de résumer la.. euh… « l’intrigue », il convient de signaler que l’idée « canulardesque » de ce comic s’inspire des vieilles publicités pour les Twinkles (gourmandise américaine) publiées alors dans les comics et mettant en scène des personnages Marvel.

SpideyTwinkles
©Marvel Comics

Notre saga digne de l’Odyssée commence donc avec les familles Parker et Richards au cirque (c’est de circonstance).
Alertés d’un danger sur la côte ouest, Spidey et les Fantastiques partent à l’assaut en confiant Franklin à tante May pour la soirée.
C’est sur ces entrefaites que le glouton cosmique arrive au Four Freedom Plaza bien décidé à se taper la Terre en gueuleton apéritif pour profiter comme il se doit de l’happy hour.
Franklin a une illumination (on est pas fils de génie pour rien) et propose à Big G un Twinkle pour calmer sa faim.
Mr Casque Bizarroïde n’en revient pas du délice de ce gâteau qui en plus, les choses sont bien faites, lui redonne l’énergie cosmique nécessaire à sa survie.
Ni une ni deux, il décide de faire de Franklin son nouveau héraut pour lui ramener d’autres Twinkles.
Mais la vieille gâteuse, sûrement jalouse, se jette en travers du rayon et devient la merveilleuse Golden Oldie !!!

Golden Oldie
©Marvel Comics

Dépêchée par le géant en slip violet, la vieille dorée rafle tous les Twinkles possibles mais cela ne suffit pas à apaiser l’affamé qui l’envoie dans l’espace lui trouver plus de pâtisseries.
Au détour d’un astéroïde, notre étincelante mamie tombe sur un Twinkle géant dérivant dans le vide.
C’est alors que passe le bibendum marshmallow qui lui explique qu’il est une sorte de pâtissier cosmique et qu’il veut bien cuisiner autant de twinkles qu’il veut à notre ami Grosses Cornes (qui, le mal élevé, revient sur Terre taxer du lait).

Galacmilk
©Marvel Comics

La dernière page nous rassure en nous montrant au travers d’une mise en abîme que tout cela n’était qu’un rêve de Peter Parker…

Mtu2
©Marvel Comics

qui lui même est un rêve de Fingeroth…

mtu3
©Marvel Comics

qui lui-même est…

mtu4
©Marvel Comics

A moins que ce ne soit…

mtu5
©Marvel Comics

Ou bien…

mtu6
©Marvel Comics

A moins que…

mtu7
©Marvel Comics

En conclusion, c’est tellement con qu’il faut absolument le lire…. et en plus, ça donne faim.

Au final, les versions Assistant Editors’ Month des titres Spider-Man nous ont fourni un chef d’oeuvre, un moment comique un peu gâché sur la fin et un nanard à lire ne serait-ce que pour ne pas mourir idiot, le tout sous une thématique racontant en substance que « ok, c’est un peu débile tous ces mecs en collants qui s’agite mais ça nous fait quitter notre quotidien et finalement c’est ça qui est bien et on demande rien de plus « .

Et pour ce qui se sont pris peur en lisant le résumé de ce MTU, attendez un peu que nous parlions de l’épisode des Avengers.

Marshmallow
©Marvel Comics

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s