Assistant Editors' Month, Graphic Nuggets, Marvel Extravaganza, Marvel Special Months

Iron Man 178 (Bob Harras & Denny O’Neil / Luke McDonnell / Steve Mitchell / Mike Carlin)

Iron Man 278.1
© Marvel Comics

Comme le Daredevil 202, ce comic book est divisé en deux parties distinctes.
Il faut dire que les aventures d’Iron-Man, alors aux mains de Denny O’Neil et Luke McDonnel et décrivant la déchéance du héros dans l’alcoolisme, se prêtent assez mal au fun et aux délires métatextuels caractéristiques de l’Assistant Editors’ Month.

Mais intéressons-nous d’abord à la couverture qui se distingue sur plusieurs points. Portant elle aussi l’avertissement typique de l’AEM, et mettant en scène un Iron-Man de dos dans le timbre habituel, elle retrace à elle seule toute la dichotomie de ce comic book. Retitrant les aventures du héros en « Iron-Man, shame of the city », elle met en scène un Tony Stark clochardisé et s’éloignant pendant qu’un enfant arrache un poster tagué d’Iron-Man accompagné de sa version enfantine.

De plus, comme les revues Conan, Avengers, Captain America et Marvel Fanfare, la couverture détourne le look des revues DC des années 60.

Iron Man 278.2
© Marvel Comics
DC 1960s
© DC Comics

Dernier point concernant cette couverture avant d’aborder les pages du comic.
Si l’épisode ne fut pas publié par Lug l’idée de la couverture fut néanmoins reprise, en version sérieuse, par Jean Frisano pour la couverture du Strange 184 (remarquez le « shame of the city » sur la palissade).

Strange 184
© Editions Tournon

Parlons maintenant de ces deux mini-épisodes.
Au contraire de plusieurs autres épisodes de l’AEM, le segment humoristique fut placé ici en premier.
Le ton est donné dès la première cartouche de texte où, à la place du texte présentant le héros, nous trouvons quelques lignes nous expliquant les raisons de l’AEM.

Iron Man 278.3
© Marvel Comics

Pour la suite, cet épisode, écrit par Bob Harras et dessiné par Luke McDonnell, nous présente une gentille parodie, inspirée par les petites canailles, de la chute et la rédemption d’Iron-Man.

« Un groupe de gamins jouant aux Avengers, et faisant du citizen watch, décident de virer leur Iron-Man sous prétexte que le vrai vient juste d’être exclu dans le comic book.
Pendant que le jeune homme de fer erre comme une âme en peine et dérive dans la boisson (gazéifiée), un mystérieux nouvel Iron-Man s’en prend aux enfants les plus jeunes et salit la réputation de notre ami qui ré-enfilera son costume pour botter les fesses du mécréant et retrouver son rang au sein du groupe de héros les plus puissants du quartier. »

Ces pages sont une parodie certes gentille mais agréable et ponctuée de quelques clins d’oeils qui feront sourire le fan :

  • Un poster représente Stan Lee sur la première page
Iron Man 278.6
© Marvel Comics
  • L’agent de police surveillant le quartier et collaborant avec les enfants est un sosie de Henry Gyrich
Iron Man 278.7
© Marvel Comics
  • Les enfants se réfèrent à Avengers 231 où survient l’exclusion de Tony Stark
Avengers 231
© Marvel Comics
  • Nous avons même droit à une reprise d’une célèbre case d’Iron-Man
Iron Man 278.4
© Marvel Comics

La transition impossible à faire entre les deux segments s’effectue au travers d’une page hystérique mettant en scène un Mike Carlin (l’assistant editor) qui passe en un clin d’oeil des rires aux larmes.

Iron Man 278.8
© Marvel Comics

En effet,le second mini-épisode a un ton beaucoup plus dramatique et se focalise sur le combat de Stark contre son alcoolisme.
Afin de bien marquer ce fait, et car le nouvel Iron-Man de service (Rhodey) est parti se friter avec Déviants et Eternels dans l’annual 6, le pavé d’introduction nous présente « les aventures du tragique Tony Stark ».

Continuant sur tout ce qu’il a mis en place précédemment, O’Neil écrit ici l’épisode pivot de la seconde partie de son run puisque c’est dans cette histoire que Stark prend enfin conscience de son problème.
Ceci rend encore plus inexplicable et regrettable le fait que Lug décida de ne pas traduire cet épisode.

« Faisant la manche dans la rue, Stark se voit proposer un pari par un policier dont le père était alcoolique : s’il arrive à ne pas boire jusqu’à minuit, le policier lui donnera 50 dollars.
Stark passe alors la journée à errer, à tenter de résister à ses démons et à croiser d’anciennes connaissances.
Sobre, il voit pour une fois l’image qu’il donne aux autres sans pouvoir se réfugier derrière le voile de l’alcool.
Arrivé à minuit, Stark récupère son argent et s’avoue enfin à lui-même son problème. »

Un épisode très touchant et entamant la lente reconstruction psychique de Stark dont on ne peut que regretter l’absence en VF.
Saluons aussi la présence d’esprit de Carlin pour avoir placé le segment humoristique au début ; un ordre inversé n’aurait fait que desservir l’un des deux histoires.
Un numéro à posséder et ce, même si l’on accroche pas à l’humour un peu passe-partout de la première histoire.

Iron Man 278.5
© Marvel Comics

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s